«[…] changeants d'airs on ne sait comment, car il passait de l’un à l’autre sans qu’on en vît la couture ; et c’était les plus belles bourrées du monde... ». Les Maîtres sonneurs, 7ème Veillée – G. Sand.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now